Le travail à pied, en permettant de développer l'attention, la confiance, la complicité et un respect mutuel, sert à garantir la sécurité du cavalier qui acquiert un meilleur contrôle de son cheval.

 

C'est également un élément de base de la formation du cheval : " mieux le comprendre pour mieux lui apprendre ".

 

On entend par travail à pied un ensemble d'exercices proposés au cheval, mené en main ou en liberté. Ce travail à pied prépare au travail monté.

 

 

 

 

TRAVAIL A PIED

LONGE

Le travail en longe est la base de l'apprentissage pour le jeune cheval, bien avant qu'il ne soit monté. Dans un premier temps, on peut le longer pour faire sa connaissance et entreprendre son éducation. La mise en place d'un code de communication avec le cheval, qui lui apprendra à obéir au geste et à la voix du longeur, permettra une relation de confiance avec l'homme à pied. Le longeur, quant à lui, apprendra à mieux connaître le caractère de son cheval, sa façon de bouger et il pourra instaurer un véritable dialogue, à la fois vocal et gestuel, avec lui. En général, un travail progressif avec une main douce et basse permet d’éduquer le cheval bien mieux que n’importe quel enrênement, car cela fait appel à l’intelligence du cheval….

  • travail sur le cercle
  • barres au sol
  • variations de cercle
  • variations d'allures
  • etc...

Une fois l'éducation du jeune cheval faite, le travail à la longe reste un moyen efficace pour :

  • entretenir, muscler et assouplir son cheval
  • détendre un cheval sans selle avant le travail monté, assurant une décontraction physique et mentale
  • permettre à un cheval un peu chaud de se défouler

LONGUES RÊNES

Durant la Renaissance Italienne, l'art équestre connu une évolution. Antoine de Pluvinel (1555-1620) rapporta l'emploi des piliers pour le dressage du cheval. A la fin du  siècle, on voit progressivement un abandon du pilier unique (dû au manque de mouvement en avant) au profit de la longe. C'est dans cette recherche que pour la première fois un écuyer de renom, de l'école de Milan, Federico Mazzuchelli (1760-1830) publie un ouvrage ou il prescrit l'emploi des longues guides dans le dressage du cheval comme complément du travail au pilier. Un jeune français, François Baucher, observateur de ce maitre apporta cette technique en France.

Aujourd'hui les longues rênes sont considérées comme une méthode raffinée de présentation du cheval à pied, ou une technique de préparation, de progression pour l'éducation du cheval de selle, quelle que soit soit la discipline à laquelle il est destiné.

Le code mis en place à la longe doit être bien acquis pour éviter toute réaction brutale ou de fuite de la part du cheval et l'on doit bien maîtriser sa place afin d éviter que le cheval ne se heurte au mors. Les longues rênes permettent d'agir sur la bouche du cheval de la même manière qu'en travail monté. Le cheval est guidé par le couloir que forment les longues rênes tenues par le cavalier. L'impulsion est assurée par la voix et la chambrière.

Le travail en longues rênes est complémentaire au travail de la monte. Elles sont indispensables à l'initiation du cheval destiné à l'attelage.

LIBERTÉ

Dans le travail en liberté le cheval évolue au naturel, il n'y a aucun lien artificiel qui le contraint à obéir : il suit sa propre volonté, pouvant refuser d'obéir aux demandes s'il en a enviue... Il faut savoir le motiver. C'est un bon moyen de renforcer la relation avec son cheval, de plus, cela développe sa curiosité et une certaine motivation. C'est ainsi qu'il deviendra respectueux, attentif, confiant, se détendra et sera plus malléable. L'espace dans lequel doit être bien clos, et bien délimité pour que le cheval puisse se concentrer sur vous et non sur l'extérieur de cet espace. On doit être à son écoute et à l'écoute de l'environnement pour réussir à anticiper un minimum ses réactions.

Le principe est d'installer avec le cheval une relation de dominant protecteur. L'important est de provoquer le mouvement et surtout de le contrôler. C'est le contrôle du mouvement qui prédispose le cheval à vous considérer comme le dominant et à l'accepter progressivement.

Quel que soit le travail en liberté il est très important de se positionner correctement par rapport au cheval et à son mouvement afin de faciliter sa compréhension des demandes. S'il ne comprend pas le langage de votre corps il sera dans la confusion et n'apprendra qu'à fuir.

Please reload

CFCO : 8 HAMEAU D'AUVINE 41360 SAVIGNY SUR BRAYE - TEL :  06 70 69 77 63