IDENTIFICATION

DES VERS PARASITES

DIGESTIFS

Cliquez sur les photos

pour les agrandir

 

 

Les vers parasites du système digestif peuvent causer des maladies graves chez le cheval. Amaigrissement, fatigue générale, coliques et diarrhées sont souvent les signes d’une infestation. Elle peut, si elle n’est pas traitée conduire à la mort de l’animal. Les principaux vers parasites sont surtout des vers ronds (strongles, strongyloïdes, dictyocaulinés, habronèmes) ainsi que des vers plats (Ténias).

 

Les vers adultes vivent dans l’intestin du cheval, et l’automne est la saison où ils prolifèrent le plus dans son organisme. Ils se reproduisent de manière cyclique. Après fécondation, ils produisent des œufs qui sont expulsés avec les crottins, et se retrouvent donc sur les pâtures ou le sol des écuries. 

 

Les oeufs se transforment en larves dans le milieu extérieur. Elles sont alors ingérées par le cheval, puis évoluent en adultes, avec pour certains parasites, une étape de migration dans l’organisme. A la fin de ce périple plus ou moins long et complexe, les larves reviennent dans l’intestin où elles se transforment en vers adultes aptes à pondre des œufs, et le cycle recommence.

 

I. Objectif général :

 

L’identification des vers présents chez un cheval permet de déterminer la gestion des pâtures et des écuries à adopter (Chaulage des pâtures, fréquence des désinfections et curages des boxes…) ainsi que  de choisir le vermifuge le plus adapté à administrer au cheval.

Cette identification est réalisée par de nombreux laboratoires qui utilisent la technique de coproscopie microscopique. Il s’agit d’une technique qui consiste à recueillir des œufs de vers présents dans un petit échantillon de crottin et à les identifier au microscope.

 

Dans cet article, je vous propose de vous initier à cette technique. Les sous objectifs seront :

  • Concentrer les œufs de vers parasites dans un échantillon de crottin en utilisant la technique de flottation

  • Identifier les œufs au microscope à l’aide d’une diagnose

  • Discuter des mesures à adopter pour la santé du cheval

 

II. Matériels et méthodes :

 

2.1 Matériels à disposition sur le poste de travail :

 

  • Pour la sécurité :

    - 1 paire de gants en silicone à usage unique

    - lunettes de protection

 

  • Pour la concentration des œufs de vers parasites :

    - 1 bécher - 1 spatule - 1 passoire - 1 tube à essai

    - Dans un bécher 1 échantillon de 5 g de crottin de chevaux Fjords.

    - Dans une éprouvette graduée, 40 ml de Solution dense de Seather

    (Solution sucrée de densité 1,27 : 454g de sucre en poudre ; 355 g d’eau)

 

  • Pour l’observation microscopique :

     - 1 lame et 1 lamelle - 1 pipette en plastique - 1 microscope

 

  • Pour le nettoyage du matériel et de la paillasse :

     - alcool et savon

 

2.2 Méthodes :

 

  • Pour la concentration des œufs de vers parasites :

La flottation (ou flottaison) est la technique d'enrichissement la plus utilisée en Médecine Vétérinaire. Elle a pour objet de concentrer les éléments parasitaires à partir d'une très petite quantité de déjections. Elle repose sur l'utilisation de solutions dont la densité est supérieure à celle de la plupart des oeufs de parasites (d=1,1 à 1,2). Le but est de faire remonter les éléments parasitaires tout en laissant couler les débris fécaux.

 

    - Ajouter aux 5 grammes de matières fécales 25 ml de la solution de flottation de Seather

    - Délayer soigneusement le mélange de façon à obtenir une solution homogène.

    - Filtrer le mélange sur une passoire sous laquelle on a pris soin de déposer un bécher vide.

    - Remplir complètement un tube à essai avec le liquide filtré jusqu'à formation d'un ménisque convexe.

      Compléter le tube avec de la  solution de flottation si nécessaire.

    - Crever les bulles d'air à la surface s'il y a lieu.

    - Recouvrir le ménisque d'une lamelle sans emprisonner de bulles d'air.

    - Attendre 10 mn la remontée des œufs par ascension

 

  • Pour l’observation au microscope :

    - Retirer la lamelle à la face inférieure de laquelle se sont accumulés les œufs.

    - Poser la face inférieure de cette lamelle sur une lame porte objet.

    - Observer au microscope.

 

La recherche d'œufs se fait à l'aide de l'objectif x4 puis x10. Pour l'identification de ces éléments, on pourra avoir besoin de l'objectif x40.

La surface de la préparation sera systématiquement et rationnellement explorée, pour ne laisser aucun point échapper à l'examen.

L'identification des éléments parasitaires se fait sur des critères morphologiques qui sont les suivants :

 

    - La présence d'éléments caractéristiques : opercule, bouchons polaires, crochets.

    - La forme : rond, ovale, allongé, forme des pôles…

    - Le contenu : cellule unique, morula, larve.

    - La paroi : fine ou épaisse, lisse ou irrégulière, piquetée ou striée.

    - La couleur.

    - La taille des œufs qui sera très approximative car appréciée à l'œil en fonction du grossissement et du champ d’observation.

      (Les œufs ont une taille assez proche)

 

III. Résultats-Conclusions

 

En utilisant la diagnose fournie, il est possible d’identifier des œufs observés et de les nommer.

Si la recherche d’œuf est longue et que vous ne trouvez que peu d’œuf, il n’est peut-être pas nécessaire de vermifuger. De plus, une bonne gestion des pâtures peut permettre d’éviter des infestations. Dans un prochain article, je vous propose de découvrir les modes de gestion des pâtures qui évitent la prolifération des vers ainsi que des vermifuges naturels alternatifs.

 

 

Bien à vous, Sabine Pringault.

 

 

HAUT DE LA PAGE

CFCO : 8 HAMEAU D'AUVINE 41360 SAVIGNY SUR BRAYE - TEL :  06 70 69 77 63